Plan d’actions pour éviter la « crise au supermarché » avec un enfant

share on:
plan-dactions-pour-eviter-la-_crise-au-supermarche_-avec-un-enfant

Tout parent a déjà goûté à ce grand moment de solitude. Celui où, faisant ses courses au supermarché, son enfant se met à faire une crise. Il crie, se roule par terre et pleure comme si c’était la fin du monde pour une trousse Spiderman alors qu’il ne va même pas à l’école. Votre enfant fait une crise au  supermarché et tout le monde vous regarde. Vous ne savez plus quoi faire pour calmer cette boule de nerfs. Mais que s’est-il passé ?  Que faire pour calmer cet enfant ? Que faire pour qu’il ne fasse plus de crises au supermarché ? Pour savoir quoi faire dans un tel moment, il faut d’abord comprendre ce qu’il se passe. Et cela se passe là-haut, dans sa petite tête.

Pourquoi les enfants font des crises au supermarché ?

Quand vous devez vous rendre au centre commercial ou au supermarché, vous redoutez peut-être les « caprices » que va vous faire votre petit. Mais pourquoi ces petits ne peuvent-ils pas s’empêcher de vous en faire voir à chaque fois que vous faites vos courses ?

Comme on le dit chez moi « le zieu marmailles lé bête » traduction « les yeux des enfants sont naïfs, quand ils voient quelque chose, ils le veulent« . Enfin, ce n’est pas tout à fait exact.

En réalité, ce qui déclenche chaque crise au supermarché, c’est l’abondance de stimuli visuels et sonores. Le jeune enfant qui a un cerveau en pleine formation, malléable et immature est incapable de faire le tri dans toute cette abondance d’informations. Les sons, les gens, la foule, les rayons, les couleurs toutes ces choses saturent complètement son cerveau.

Je ne dis pas que c’est dangereux pour leur cerveau, non. Je dis que nous, adultes, nous avons un cerveau qui nous permet de trier une grande quantité d’informations. Ainsi, nous sommes capables de rester focalisés sur notre objectif, faire les courses.

Le petit humain, lui, n’est pas encore capable d’en faire autant. Toutes ces choses qui l’entourent, toutes ces informations le submergent. Dès lors que la possibilité de se repérer par quelque chose de familier va se présenter, l’enfant va se focaliser sur cette chose. Il suffit que l’enfant repère dans un rayon quelque chose qu’il reconnaît et son cerveau parmi toutes ces informations envahissantes va lui dire « ah ça je connais ! »

Et là vient le fameux « Maman je veux ça !..….. »  (Remplacez les pointillés par au choix : la trousse Spiderman, les Kinder Schokobons, le sytlo plume Reine des Neiges…)

Et bien sûr, nous qui sommes en mode automatique, sortons un « Non mon coeur. »

ERREUR FATALE. Vous venez d’appuyer sur le bouton « EXPLOSION EMOTIONNELLE ».

En plus de devoir s’accommoder d’une tonne d’informations et de sitmuli  visuels et sonores envahissantes, ce pauvre petit cerveau qui avait enfin réussi à trouver un repère, est maintenant submergé par une avalanche d’émotions incontrôlables.  Trop, c’est trop, c’est LA CRISE.

Le cortex orbito-frontal du jeune enfant n’est pas encore capable de réguler toutes ces émotions et les émotions intenses finissent par exploser.

Vous connaissez la suite : cris, pleurs, « méchante maman, j’aime plus maman », « ben moi je veux quand même« , je roule par terre, je saute sur place, je donne des coups, etc.

Par dessus le marché, les gens vous dévisagent comme si vous étiez une mauvaise mère extra-terrestre qui ne sait pas y faire avec les enfants.

Faire face à une crise au supermarché demande une bonne dose de bienveillance et de calme pour ne pas s’énerver soi-même.

D’autant plus que ces pros du marketing que sont les enseignes de supermarché nous laissent toujours le meilleur pour la fin : les étagères de bonbons à la caisse. 😉

Comment mettre fin à une crise au supermarché ?

Si vous avez malencontreusement déclenché l’explosion émotionnelle, il faut alors s’en accommoder et accompagner l’enfant dans ce qu’il traverse.

Les étapes pour faire face à une crise au supermarché

1- Se mettre à son niveau (éventuellement s’accroupir s’il est par terre)

2- Lui parler calmement sans crier, ni menacer. Mettre des mots sur les émotions qu’il ressent. « tu te sens en colère parce que maman n’est pas d’accord pour acheter… »

3- S’il est très agité, le contenir en le prenant dans vos bras. Parfois, souvent même, il va vous repousser, contenez-le quand même  en le prenant dans vos bras,avec bienveillance et fermeté. Continuer à lui parler calmement.

4- Expliquez-lui ce que vous allez faire, les étapes  : « D’abord on va aller chercher des bouteilles d’eau, ensuite, on va prendre des tomates pour la salades, tu aimes la salade ? »

5- Détourner subtilement son attention : proposer lui par exemple de vous aider à pousser le caddie, etc.

Ce qu’il faut garder à l’esprit :

1- Garder son calme et ne pas ajouter du stress à son stress en criant ou en menaçant l’enfant. Ne faites pas attention au regard des gens.

2- Même si les minutes paraissent une éternité, l’enfant finira par se calmer. La durée et l’intensité de la crise dépendront de votre réaction et de la bienveillance dont vous faites preuve envers l’enfant. Accueillir ses émotions en gardant son calme et en lui parlant l’aide à évacuer.

Cette crise est nécessaire. C’est le seul moyen qu’a trouvé son cerveau pour évacuer cette accumulation d’informations et d’émotions.

 

N’avez-vous pas remarqué qu’une fois la crise passée, ils sont beaucoup plus calmes. Mon fils finit par me dire « c’est bon maman j’ai calmé. » 😉

Ce que je fais :

Quand mon fils fait une crise au supermarché, je le prends dans mes bras et je décris ce qu’il ressent. L’empathie est indispensable dans cette situation. Je lui parle calmement jusqu’à ce qu’il retrouve son état normal. Je lui décris ce que nous allons faire dans le supermarché et après le supermarché pour qu’il ne soit plus focalisé sur l’objet de la crise.

Le plus important est d’aider l’enfant à faire face à cette explosion émotionnelle en accueillant ses émotions. Il est inutile et contreproductif de l’ignorer, crier ou le menacer ou pire continuer à faire vos courses en faisant comme si ce n’était pas votre enfant.

Comment éviter qu’un enfant fasse une crise au supermarché ?

Mieux vaut prévenir que guérir n’est-ce pas ?

Bien sûr, il est possible d’éviter que chaque sortie courses vire au cauchemar et qu’à la fin vous vous dites « plus jamais je ne l’emmène avec moi, il m’a fait honte. » Oui, oui c’est possible. Cela demande de la patience et de la persévérance mais ça fonctionne.

Avant d’aller au supermarché, préparez le terrain

À la maison ou sur le trajet, préparez le terrain.

1 –Informez votre enfant sur l’objectif de cette sortie.

« Nous allons faire les courses, à tel endroit, j’ai besoin d’acheter x, y, z, pour la maison… »

2- Faites-lui comprendre que vous avez besoin de sa coopération.

« J’ai besoin que tu restes calme pendant qu’on fait les courses ensemble. Il y aura du monde, beaucoup de choses autour de toi. J’ai besoin que tu  m’aides pour qu’on puisse acheter tout ce qu’il y a sur la liste sans que personne ne s’énerve. »

Faire participer l’enfant au maximum lui fait se sentir utile et il sera plus enclin à vous aider

Un fois au supermarché, responsabilisez

1 – Rappeler les règles dont vous avez parlé sur le trajet ainsi que l’objectif.

2-Donner à l’enfant un responsabilité qui l’occupera et détournera son attention sur d’éventuels éléments déclencheurs de crise.

Ce que je fais :

L’un des supermarchés que je fréquente propose des petits caddies pour enfant. Je trouve cette idée géniale. Elle permet de responsabiliser l’enfant et lui donne la possibilité de contribuer à faire les courses. Son attention est donc fixée sur l’objectif faire les courses.

À chaque fois, je propose à mon fils de prendre le petit caddie (moi je porte les sac cabas) et il me suit avec le petit caddie. Je remplis (ou plutôt nous remplissons) le petit caddie ensemble en respectant la liste de courses. Les courses deviennent un vrai moment de partage et de plaisir. Et…. pas de crise !! De même à la caisse, il prend plaisir à m’aider à poser les articles sur le tapis. :) Bien sûr il faut rester vigilent parce que la crise n’est jamais bien loin.

crise au supermarché avec un enfant, peit caddie

Si le supermarché ne propose pas de petit caddie, vous pouvez toujours trouver une façon de détourner l’attention de l’enfant en lui donnant une responsabilité. Par exemple, demander lui de s’occuper de choisir les pommes et les carottes, etc.

Enfin, si possible, éviter de choisir les moments où il y a beaucoup d’affluence pour faire vos courses. Moins de monde c’est du stress en moins.

Détourner son attention :

Outre le petit caddie, vous pouvez utiliser d’autres astuces pour éviter que l’enfant ne vous fasse une crise pendant que vous faites vos courses.

J’ai une autre astuce ultra efficace, qui marche très bien pour l’avoir testée. J’hésite quand même à la partager puisque ce n’est pas quelque chose à faire souvent. Cette astuce je ne l’utilise que rarement et seulement en dernier recours si je suis pressée et que je n’aurai pas le temps ni l’énergie nécessaire à porter à une une crise.

Vous voulez savoir ce que c’est ? 😉

Dans cette vidéo Isabelle Filiozat explique très bien l’état émotionnel qui conduit l’enfant a faire une crise da s un supermarché

Laisser une réponse

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ