10 aptitudes qu’on observe à l’entrée en maternelle

share on:
la première rentrée en maternelle

C’est un mélange d’excitation, d’angoisse, d’appréhension et d’interrogations qui submerge souvent les parents et les enfants à l’approche de la rentrée scolaire. Vous n’êtes pas encore partis en vacances et vous préparez déjà la première rentrée en maternelle de votre petit ? J’ai fait une liste des aptitudes que l’on peut observer chez les enfants de trois ans qui peuvent être utiles à leur entrée en maternelle. Bien sûr cette liste n’est pas exhaustive et bien sûr le fait de ne pas observer ces éléments chez votre enfant ne veut pas dire qu’il est en retard ou quoique ce soit. Don’t panic ! Chaque enfant est différent 😉

1.Connaître son prénom et son nom de famille

Un enfant qui fait sa première rentrée à la maternelle à trois ans devrait être capable de se présenter. Du moins, il devrait pouvoir répondre à la question « Comment tu t’appelles ? ». Leur apprendre à dire leur nom et leur prénom est même une chose indispensable qu’ils devraient connaître le plus tôt possible. Supposez qu’il ou elle échappe à votre vigilance au supermarché. Si on lui demande « Comment tu t’appelles? », cela serait d’un grand secours si l’enfant savait se présenter. À l’école, savoir se présenter aide à la socialisation.

2.Être propre et capable d’aller seul aux toilettes

L’apprentissage de la propreté est une étape clé. Cette étape peut faire l’objet de beaucoup d’angoisse et de tension entre parent et enfant. Et pour cause, nous, parents, n’avons pas toujours conscience que cet apprentissage prend du temps. Non seulement il prend du temps, mais en plus chaque enfant est différent. Alors, inutile de vous dire qu’il va falloir passer la serpillère et changer les draps souvent avant d’y parvenir. Des accidents surviennent même quand ils ne portent plus de couches et des vêtements de rechange sont indispensables.

Bichon a commencé à apprendre la propreté peu après ses 2 ans et cela nous a pris 2 mois pour qu’il n’est plus besoin de couche la journée, même durant la sieste. Par contre il n’est pas encore prêt à dormir sans couche. Il m’a déjà demandé de pouvoir dormir sans couche, mais je ne suis pas rassurée pour l’instant.

Si votre enfant n’est pas encore propre et que la rentrée approche, pas de panique. Avec un peu d’assiduité et de patience, quelques semaines devraient suffire à résoudre la question de la propreté.

3.Savoir dire « s’il te plaît » et « merci » quand cela est nécessaire

Le minimum de la politesse « S’il te plaît », « merci », manque parfois à certains enfants. Parfois, il s’agit d’un oubli et cela se comprend, ils sont encore en apprentissage, mais parfois ils n’ont tout simplement pas l’habitude.

La meilleure façon d’enseigner la politesse à ses enfants, plus efficace que les indénombrables « le mot magique ?, Abracadabra ? :)  » , « Qu’est-ce qu’on dit ? »…, c’est l’exemple. Vous voulez des enfants polis, soyez polis. Je suis toujours sidérée quand je vois des parents insister sur les « s’il te plaît maman », « merci », alors qu’eux-mêmes ne le disent jamais à leurs enfants. Dire « tu veux bien fermer la porte s’il te plaît, merci d’avoir fermé la porte. », est bien plus efficace à tous les points de vue qu’un « Ferme cette porte ! »

4.Avoir quelques compétences sociales

Cette envie intarissable de découvrir le monde qui l’entoure fait de l’enfant un être profondément social et la sociabilité et presque naturelle chez eux. En général, l’enfant a une facilité à aller vers les autres que même certains adultes n’ont pas. Cependant, le fait de changer d’environnement et de se retrouver avec de parfaits inconnus sans le repère rassurant des personnes qu’il connaît bien peut rendre la tâche plus difficile. Les enfants qui n’ont pas l’habitude d’être séparés de leurs parents ou ceux qui sont d’un naturel plus timide peuvent avoir des difficultés à s’intégrer au groupe ou à se faire des copains. Rassurez-vous, tout apprentissage demande du temps, aller vers les autres aussi. Pas de panique si votre enfant est un peu timide, s’il ne va pas vers les autres, les autres iront à lui.

5.Tenir un crayon correctement

Le fameux « bec de canard », c’est comme ça que j’ai appris à mon fils à bien tenir un crayon. Les gribouillages et coloriage sont de bonnes séances d’entraînement.Les enfants développent leur motricité fine au fur et à mesure et les activités qu’on leur propose peut grandement contribuer à améliorer leurs aptitudes.

6.Savoir se concentrer sur une activité

Une activité autre que regarder un dessin animé bien sûr. Les enfants se lassent très vite. Pour aider le mien à se rester concentrer sur une activité, je fais en sorte de lui proposer des activités avec un objectif. L’activité ne doit pas durer trop longtemps, soit environ 20 minutes.

7.Être capable d’écouter et de suivre une consigne simple

Pour qu’un enfant nous écoute il faut savoir lui parler. La bonne technique, c’est de se mettre à son niveau, parler clairement en employant des mots simples et en formulant des phrases à l’affirmative. Si les phrases sont formulées de manière à ce qu’il les comprenne l’enfant sera plus disposé à s’exécuter. N’oubliez, éviter la forme négative et les ordres à l’impératif.

8.Ranger ce dont on s’est servi

Apprendre à l’enfant à ranger ce dont il s’est servi est une aptitude que l’on peut commencer à travailler très jeune. Cela posera les bonnes bases pour les responsabilités telles que ranger sa chambre, ses vêtements, en toute autonomie.

Concrètement, pour apprendre à un enfant à ranger seul, il faut suivre ces 4 étapes :

  1. Lui montrer comment ranger en expliquant avec des mots simples
  2. Faire avec lui : c’est l’étape supérieure. Aider l’enfant à ranger pour qu’il assimile comment faire. Donnez-lui une mission « moi je range les vêtements dans la commode et toi les jouets dans le coffre ».
  3. Le laisser faire seul et observer. On peut éventuellement lui faire des remarques pour le guider.
  4. Le laisser ranger seul en toute autonomie.

4 étapes pour apprendre à ranger la chambre

Si on respecte ces étapes, l’enfant devrait être capable de ranger en toute autonomie. Cependant, le rangement est un apprentissage qui prend du temps. Il faut donc être patient, car l’objectif final c’est que l’enfant prenne seul l’initiative de ranger son désordre. Finis les « Range ta chaaaaammmmbreeeee !!!! » 😉

9.Rester plusieurs heures sans voir ses parents

Les enfants qui ont déjà passé du temps à la crèche, au jardin d’enfant ou avec une nounou sont habitués à quitter leurs parents. L’école c’est différent. Il leur faut un temps d’adaptation à leur nouvel environnement et accepter l’autorité de la maîtresse. À trois ans, un enfant commence à se détacher de ses parents, à vouloir aller jouer avec les autres. Le mien est toujours très content d’aller se promener avec son papi et j’ai toujours droit à un joyeux « Au revoir maman ! ». Limite ces enfants vivent la séparation mieux que nous, mamans poules.

10.Comprendre que ses parents reviendront le chercher en fin de journée

La séparation. C’est un moment difficile à vivre. Parfois c’est plus difficile pour le parent que pour l’enfant. Je crois que je ne m’y habituerai jamais. À chaque fois que je l’entendais hurler « Je veux maman, je veux rentrer à la maison. ». Petit à  petit on les choses vont mieux et l’enfant comprend que la séparation n’est que provisoire.

La période qui précède l’entrée à l’école est pleine d’interrogations. On se demande comment cela va se passer. Est-ce qu’il va vouloir rester à l’école…

Conseil :

Pour mettre toutes les chances de votre côté et faire en sorte que cela se passe bien, il faut préparer le terrain en amont. Parlez à l’enfant de sa première rentrée en maternelle.

Prenez le temps d’expliquer à l’enfant que dans quelques semaines, il va passer ses journées avec de nouveaux copains. Il va aller à l’école et il sera dans la classe pour faire des activités avec la maîtresse et l’après-midi, à l’heure des mamans, vous viendrez le chercher.

Je suis même allée dans sa future école avec lui et je lui ai présenté sa future maîtresse.Chaque jour, je lui rappelle que bientôt il va aller à l’école pour travailler avec la maîtresse. Maintenant, il me dit lui-même qu’il va aller à l’école pour jouer avec des copains et avec la maîtresse.

Bon courage !

Dites-moi en commentaires comment s’est passé la première rentrée en maternelle de votre enfant. Si c’est sa première comment vous y préparez-vous ?

Enregistrer

Enregistrer

Laisser une réponse

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ